Au début de l’année, Lindsay Dow et moi avons annoncé que nous allions apprendre le coréen ensemble. Nous sommes toutes les deux très enthousiastes à l’idée de ce projet et je suis très heureuse de partager avec vous notre première mise à jour bihebdomadaire !

C’est la première fois que j’apprends une langue avec un compagnon d’étude et même si nous ne nous asseyons pas pour étudier ensemble, nous nous voyons de temps en temps pour nous aider à rester responsables. Nous partageons également des informations intéressantes que nous trouvons et qui pourraient aider notre partenaire dans ses études et nous fixons des objectifs hebdomadaires basés sur ce que nous aimerions étudier.

Jusqu’à présent, nos objectifs hebdomadaires en coréen sont les suivants :

Semaine 1 // L’alphabet // Lindsay a déjà fait un peu d’étude pour le défi de cette semaine il y a quelques mois dans le cadre de son défi d’écriture linguistique, mais le coréen est totalement nouveau pour moi, donc je devais encore m’attaquer à cette étape. Comme elle et moi alternons les semaines, cela a parfaitement fonctionné et j’ai pu partager la façon dont j’ai appris l’alphabet coréen, un bon complément à la vidéo que Lindsay a déjà partagée.



Semaine 2 // Introductions // Et d’autres phrases essentielles dont les apprenants ont besoin lorsqu’ils débutent dans une nouvelle langue. C’est la première semaine de Lindsay, donc j’ai vraiment hâte de voir si sa liste de phrases diffère de la mienne !

Semaine 3 // Basic &amp ; Verbes utiles avec ‘I’ // Parce que lorsque vous commencez à apprendre une langue, vous devez être capable de parler de vous-même.

Semaine 4 // Conjugaison de ces verbes pour d’autres personnes // Le coréen est un peu unique dans la façon dont il conjugue les verbes. Plutôt que de changer en fonction du sujet (comme dans de nombreuses langues européennes), il change en fonction de la personne à qui l’on parle ou sur qui l’on parle. C’est difficile !

Le défi a officiellement commencé le 8 février et ce billet est donc le premier récapitulatif bihebdomadaire des choses que nous avons apprises dans le cadre du défi. En plus des posts bihebdomadaires et des vidéos hebdomadaires, nous avons également d’autres choses amusantes en réserve pour vous, sur lesquelles nous partagerons plus d’informations très bientôt !

Et avant de commencer avec notre résumé bihebdomadaire, j’aimerais également souligner que même si ce défi concerne la langue coréenne, je pense qu’un nouvel apprenant de n’importe quelle langue trouvera nos mises à jour utiles. Lindsay et moi avons toutes deux étudié plusieurs langues dans le passé, nous prenons donc le meilleur de ce qui a fonctionné pour nous et l’appliquons au coréen. Nos méthodes peuvent certainement être utilisées comme cadre pour presque toutes les langues, alors n’hésitez pas à vous joindre à nous, quelle que soit la langue que vous apprenez !

Semaine 1 // Shannon apprend l’alphabet coréen

https://www.youtube.com/watch?v=ddP9_40zioU

Oui, je sais. Lindsay Dow s’est déjà attaquée à l’alphabet coréen dans une vidéo précédente, mais je ne suis pas aussi audacieuse que Lindsay et je n’ai pas participé à un défi script l’année dernière, alors j’ai commencé à apprendre l’alphabet coréen à partir de zéro le mois dernier.

Mes premières impressions ? Un peu plus difficile que l’alphabet russe (il y a plus de caractères, après tout), mais beaucoup plus facile que d’apprendre les caractères chinois.

Alors que Lindsay nous a fait part de ses méthodes d’apprentissage du hangeul dans cette vidéo, j’aimerais également vous expliquer comment j’ai procédé pour apprendre l’alphabet coréen dans le cadre de ma première contribution à notre défi de la langue coréenne.

Avant de vous expliquer comment j’ai appris l’alphabet coréen, j’aimerais vous faire part de quelques faits intéressants sur le hangeul. Vous êtes prêts ?

Saviez-vous que le coréen est grammaticalement similaire au japonais et qu’un grand pourcentage de son vocabulaire provient du chinois ? Je ne le savais pas. Merci Omniglot.

En fait, c’est assez drôle le pétrin dans lequel je me suis retrouvé, car l’une des raisons pour lesquelles j’ai choisi le coréen plutôt que le japonais était que je ne voulais pas d’une autre langue à forte grammaire après le russe. Oups.

Mais ce n’est pas grave, après avoir découvert que j’aurais toujours à faire face aux formules honorifiques dans la langue coréenne, il y avait un autre petit détail sur Omniglot qui m’a fait un peu danser. C’était la partie concernant le vocabulaire partagé avec le chinois, je suppose que je l’ai déjà mentionné, n’est-ce pas ?

Saviez-vous que lorsque le système d’écriture coréen a été introduit pour la première fois, il était associé à un statut inférieur ? Au moment où il est apparu, le système d’écriture chinois était déjà connu en Corée depuis plus de 2 000 ans. En fait, ceux qui pouvaient écrire en utilisant le système chinois classique ont choisi de continuer à le faire. Ce n’est que 400 ou 500 ans après sa création que le hangeul est devenu populaire.

Saviez-vous que l’alphabet coréen a été créé vers 1444 par le roi Sejong (il l’a commandé, en fait) et qu’il était appelé Hunmin jeongeum ou « les sons corrects pour l’instruction du peuple » jusqu’à la fin des années 1800, lorsque le linguiste coréen Ju Si-gyeong a inventé le nom Hangeul ?

Saviez-vous que les formes des consonnes ont été conçues en fonction de la forme que prend la bouche lorsqu’elle produit le son correct ?

Saviez-vous que, comme le japonais, l’écriture coréenne utilise souvent une combinaison de Hangeul (je suppose l’équivalent de katakana et hiragana) et de Hanja (connu sous le nom de kanji par les japonais) ? Les enfants coréens sont censés apprendre entre 1 800 et 2 000 hanja à la fin de l’école secondaire.

Saviez-vous que jusqu’aux années 1980, le coréen s’écrivait de droite à gauche en colonnes verticales ? Depuis, il s’écrit désormais de gauche à gauche en lignes horizontales, bien que des textes soient encore écrits dans les deux sens.

Il y a 24 lettres au total – 14 consonnes et 10 voyelles. Elles sont combinées ensemble en blocs de syllabes. Il y a des espaces entre les mots, ce que je n’ai pas vraiment apprécié jusqu’à ce que je commence à lire en chinois, où il n’y a pas d’espaces.

Ressources que j’ai utilisées pour apprendre l’alphabet coréen

1 // J’ai commencé par cette bande dessinée bien connue de Ryan Estrada, How to Learn Korean in 15 Minutes. C’est mon amie et correspondante Elyse qui m’a donné une copie de cette bande dessinée, mais je n’avais pas vraiment de raison de la revoir jusqu’à maintenant.

2 // Memrise ! Vous tous, je suis normalement un grand fan de Memrise pour tout ce qui concerne l’alphabet et le vocabulaire, mais apprendre l’alphabet coréen en utilisant Memrise n’était pas tout à fait ce que j’attendais. J’ai fini par avoir besoin de prendre du recul et d’utiliser les deux ressources suivantes pour prendre mes marques, puis j’ai pu revenir à Memrise pour mémoriser les caractères une fois que j’ai compris comment le système d’écriture fonctionnait dans son ensemble.

3 // L’écrire à la main. Comme Lindsay, j’ai l’impression que le fait d’écrire les choses à la main m’aide beaucoup à retenir des choses comme le vocabulaire, la grammaire et les caractères. J’ai donc ce joli carnet dans lequel j’ai commencé à prendre des notes, y compris mes premiers essais de l’alphabet coréen.

4 // Cet article très complet de How to Study Korean.

5 // Regarder des vidéos pour donner un nouveau contexte aux informations que j’ai apprises ailleurs. Je préconise vraiment de s’exposer à la même information à travers plusieurs canaux. D’après mon expérience, cela vous aide à mieux la retenir. Voici l’une des vidéos que j’ai appréciées.

Donc c’est à peu près tout pour moi. Dans l’ensemble, j’ai une bien meilleure compréhension de l’alphabet coréen, maintenant je dois juste passer un peu de temps à assembler les morceaux pour pouvoir lire plus rapidement des mots entiers et ensuite des phrases entières (même si je ne comprends pas ce qu’ils signifient pour l’instant !)


Semaine 2 // Lindsay apprend quelques introductions et phrases de base en coréen

Une semaine d’apprentissage du coréen et je suis déjà capable de lire des trucs… enfin.

Quoi qu’il en soit, « à peu près » est une amélioration considérable par rapport à ma lecture en japonais, la dernière langue que j’ai étudiée, qui est un système d’écriture beaucoup plus complexe en comparaison. Je suis donc content de cela.

J’ai passé un peu de temps à étudier le Hangeul, le système d’écriture coréen, vers la fin de l’année dernière dans le cadre de mon Language Script Challenge.

Pour être honnête, c’était l’une de mes préférées parmi les 31 écritures que j’ai étudiées au cours de l’année. La simplicité relative et l’histoire de ce système d’écriture m’ont intrigué, et j’ai donc été très enthousiaste lorsque Shannon a proposé que nous étudiions le coréen ensemble.

Voir aussi

Peut-on apprendre une langue en regardant la télévision ?

J’ai cependant fait une erreur cruciale lors de ma première semaine d’apprentissage du coréen : J’ai réservé trop de leçons avec un tuteur.

Oui ! Je sais que ça semble être une erreur bizarre mais laissez-moi vous expliquer.

Je n’ai pas cherché trop longtemps un tuteur, ce qui signifie que j’ai choisi quelqu’un rapidement et que j’ai réservé 7 leçons avec un excellent tuteur mais quelqu’un qui n’était pas génial pour moi. On ne peut pas plaire à tout le monde.

Nous avons passé la plupart de nos leçons à nous concentrer sur la prononciation, ce qui est important, mais je n’ai jamais aimé étudier et je ne m’y suis jamais attaché depuis le début. J’ai toujours trouvé que c’était quelque chose qui venait avec la pratique.

Mais je n’avais pas le temps de pratiquer ! Les leçons prenaient tout mon temps d’étude !

Elles ont été très utiles pour apprendre à taper sur un clavier Qwerty en coréen (Shannon – tu vas adorer – c’est comme apprendre à jouer d’un instrument !) et je connais maintenant quelques règles concernant des choses comme Pat’chim, mais seulement vaguement.

J’ai été de plus en plus accroché par le premier drama K que j’ai vu, Boys Over Flowers, qui s’adapte bien à la vaisselle et aux tâches banales de ce genre.

Remarquablement, je remarque aussi des modèles dans le discours et probablement 2 ou 3 fois par semaine, je m’assois pour les 10 dernières minutes d’un épisode et je note les lignes les plus courtes comme je pense les avoir entendues pour les vérifier plus tard sur Google Translate.

Je suis impressionné par le nombre de lignes que j’ai réussies, je vais donc continuer à le faire dans le cadre de mes études. De plus, c’est amusant, ce qui, si vous êtes inscrits à Successful Self-Study, vous savez que je pense que c’est très important !

Aller de l’avant

Les leçons devenaient trop importantes et prenaient toute la place dans mon temps d’étude. (Je sais, cela semble si contradictoire, n’est-ce pas ? !)

Je veux étudier seul pendant un certain temps avant de trouver un autre tuteur avec qui travailler.

La prochaine tâche est de me familiariser avec les introductions et les expressions de base. J’ai déjà commencé à préparer une courte introduction que je peux utiliser pour commencer des conversations sur HelloTalk, par exemple.

A la semaine prochaine !

Conseils pour l'apprentissage des langues | Eurolinguiste

Et vous ? Vous apprenez une nouvelle langue ? Quelles sont les premières étapes que vous avez franchies ? Nous serions ravis que vous nous laissiez un mot à ce sujet dans les commentaires !



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *