J’adore apprendre des langues. J’aime le processus et presque tout ce qui s’y rapporte (sauf les plateaux). Mais j’aime aussi apprendre l’histoire des langues et les façons pratiques d’utiliser toutes les connaissances linguistiques que j’ai acquises ces dernières années.

Bien que je passe la plupart de mon temps avec des livres qui m’aident à améliorer mes compétences dans les langues que j’étudie, j’aime aussi prendre du recul et découvrir l’histoire et les cultures qui entourent les langues que j’apprends (ou même les langues que je n’apprends pas).

Il n’est pas fréquent que je tombe sur des ressources linguistiques qui vont au-delà de l’enseignement des langues, mais lorsque c’est le cas, elles m’attirent. J’aime avoir un aperçu des « coulisses » des langues, c’est pourquoi, dès que j’ai ouvert Translating Chinese Culture, j’ai été accroché.



Translating Chinese Culture, bien que plus académique que les documents que j’analyse habituellement ici sur Eurolinguiste, est exactement le type de ressource qui m’a inspiré la création de ce site. Et c’est exactement cette ressource qui a redonné de l’énergie à mon désir d’explorer davantage la langue et la traduction.

Mettre à profit vos compétences linguistiques en tant que traducteur chinois-anglais

Translating Chinese Culture est un manuel qui étudie les différentes méthodes de traduction du chinois vers l’anglais. Il évalue les différents supports traduits – films, musique, poésie, livres, etc. – et tente d’analyser les difficultés auxquelles les traducteurs sont confrontés lorsqu’ils tentent de traduire des œuvres imprégnées de l’histoire et des connaissances communes d’une autre culture.

Malgré ses origines universitaires, ce livre n’est en aucun cas « trop dense » pour être apprécié par le lecteur moyen (ou le passionné de langues). La façon dont il est écrit rend l’ouvrage facilement accessible. Il n’est pas truffé de jargon linguistique ni de théories complexes sur la traduction. Translating Chinese Culture part toutefois du principe que le lecteur possède des connaissances de base en lecture et en écriture du chinois et qu’il peut se débrouiller dans de courts passages écrits en caractères traditionnels ou simplifiés.

Le livre est divisé en neuf sections uniques dont je parle dans la vidéo ci-dessous, mais pour les partager à nouveau ici, ce sont les suivantes :

1. Traduire l’art et les artistes chinois modernes et contemporains // Une discussion sur les arts visuels et la façon dont ils sont décrits dans la langue chinoise.
2. Caractères chinois // Les différents systèmes d’écriture (traditionnelle, simplifiée et féminine) et comment la langue chinoise est utilisée pour décrire ces systèmes.
3. Calligraphie // Traduit les termes et les outils utilisés en calligraphie chinoise ainsi que les techniques employées par les calligraphes.
4. La signification des vêtements // Une discussion sur la façon de traduire les vêtements chinois, qu’ils soient historiques ou modernes.
5. Le rôle de la comptine chinoise // Examen de l’importance du maintien de la mesure et de la rime d’une comptine et des méthodes permettant de traduire les implications morales et historiques des comptines pour des lecteurs d’origines culturelles différentes.
6. La transcréation comme moyen de livrer la poésie à un autre public // Un regard sur les adaptations créatives et la controverse qui entoure leur degré de fidélité au texte original.
7. Absurdité et ironie dans la littérature chinoise moderne. // Discussion sur l’utilisation de la langue chinoise, des homonymes et des doubles sens de manière très spécifique sur le plan culturel et sur les difficultés de traduction de ces textes.
8. Traduction dramatique // Les pièces de théâtre ou les drames doivent-ils être traduits de leur langue d’origine pour de nouveaux publics ou faut-il proposer des traductions des pièces au public alors que la pièce est toujours jouée dans sa langue d’origine ?
9. Traduire des films // Un aperçu de ce qu’implique le sous-titrage et le doublage de films, des restrictions imposées aux traducteurs dans ces scénarios et des différentes solutions possibles. C’est de loin mon chapitre préféré du livre et j’ai appris une quantité incroyable d’informations sur la traduction de films.

Bien que le livre puisse contenir des sections consacrées à des arts ou des industries qui ne vous intéressent pas particulièrement, les points soulevés dans chaque section concernant les diverses difficultés auxquelles les traducteurs peuvent être confrontés étaient fascinants, bien expliqués et plutôt détaillés. Les auteurs proposent de nombreuses solutions possibles, fournissant au lecteur des exercices à la fin de chaque chapitre pour qu’il puisse s’essayer à ses propres traductions (du chinois vers l’anglais).

Voir aussi

Speechling Review : Gagnez en confiance dans votre discours et votre prononciation.

Conclusion

Dans l’ensemble, j’ai trouvé que Translating Chinese Culture était une lecture approfondie et intéressante. Je le recommande vivement à toute personne intéressée par la traduction ou la langue chinoise. J’ai non seulement appris beaucoup de choses sur la traduction en général, mais aussi sur la langue et la culture chinoises. C’est une introduction vraiment merveilleuse et ciblée à la traduction de la langue chinoise et j’ai sincèrement apprécié sa lecture. J’apprécie beaucoup les personnes qui travaillent dans le domaine de la traduction, surtout après avoir lu ce livre.

J’aimerais également souligner qu’en faisant des recherches pour ce billet, j’ai découvert que ce livre est la suite d’un autre livre des mêmes auteurs. Le précurseur de ce livre, Thinking Chinese Translation, va certainement figurer sur ma liste de livres à lire.

Les détails

Livre // Traduire la culture chinoise : Le processus de traduction chinois-anglais
Auteur // Valerie Pellet, Eric T. Liu, Yalta Ya-Yun Chen
Éditeur // Routledge
Longueur // 191 pages

https://www.youtube.com/watch?v=Uh9JUPSm2mk
Conseils pour l'apprentissage des langues | Eurolinguiste

Vous êtes-vous déjà essayé à la traduction (pour n’importe quelle langue) ? Si oui, j’aimerais que vous me fassiez part de votre expérience dans les commentaires ci-dessous !



Shannon Kennedy

Je m’appelle Shannon Kennedy et je suis la passionnée de langues, de voyages et de gastronomie derrière Eurolinguiste. Je suis également la polyglotte résidente de Drops et la coach en chef du défi « Fluent in 3 Months ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *